Bilan technique et traumatique de notre tandem

Après quatre mois de vadrouille sur une monture faite maison, l’heure est au bilan. Vous vous en doutez, l’engin a tenu les 6395 km et autant dire que nous ne l’avons pas ménagé ! Entre macadam impeccable, routes défoncées, Vtt, sable, nous sommes passés partout.

19974124521_9e4e78000b_k

Un encouragement pour les prochains donc : il est possible de partir en voyage avec une création perso, cela marche aussi bien ! Le cadre, surdimensionné certes, n’a pas souffert, ou du moins rien de visible et les soudures, après inspections, sont toutes inchangées. Les seuls problèmes que nous avons rencontrés ont porté sur l’équipement et en particulier sur la partie pneumatique.

Mon bilan personnel concernant le tandem mixte (assis/couché) est simple : C’est LE vélo adapté au voyage à deux. On cumule les avantages du tandem (pédaler ensemble) en y ajoutant la possibilité de voir, de se parler mais aussi la sympathie et l’intérêt des gens. Il se révèle cependant bien moins pratique en ville et chargé, nous avons un aérodynamisme qui fera pâlir un camion ! La version deux, déjà mûrement réfléchie, viendra prochainement prendre le relais de la V1 qui se retrouvera… en meuble de salon !

Si l’on exclut les dégâts liés à notre chute dans le sable (changement roue avant et redressage du pivot de fourche), voici les quelques problèmes que nous avons vécus :

wpid-p1070413.jpg

  • Pneu avant : Nous sommes partis avec le premier prix décathlon en 20 pouces (10€) et pouvons annoncer un temps de vie moyen de 3000km pour ce pneu. Nous avons en effet explosé le premier aux 3000 km (déchirure longitudinale qui nous a valu 30km avec un pansement chambre à air). Deux jours avant la fin, le nouveau pneu alors daté de 6100 km se déforme et laisse échapper une bosse : la chambre à air tente de sortir. Précision, le pneu avant tourne plus que le pneu arrière (20 pouces contre 26 pouces) et supporte tout de même 200 kilos. Cela ne doit pas être pris en compte chez décathlon pour un pneu enfant. Solution ? Opter pour du solide avec un marathon plus ou un big apple ? Réponse dans la version 2.

  • Roue avant : Nous avions une roue BMX (30mm de large) avant le changement, nous avions eu aucun problème. C’est en fait une roue arrière montée avec un adapteur pour fixer le disque sur le corps de la roue libre. La deuxième roue, Vtt double paroi 20″, après un rerayonnage pour croiser les rayons comme il faut n’a posé aucun problème.

  • Pneu arrière : Après un mauvais montage (fond de jante) et une jante trop fine (17mm) pour un pneu large (Marathon plus tour – 50mm), nous avons opté pour un pneu en 1″5 Marathon plus qui nous aura emmené jusqu’à la fin.

  • Roue arrière : La surprise du voyage ! Au vu des sollicitations de la roue arrière d’un tandem chargé, le choix de la roue était important. Notre roue, 36 rayons, jante Exal ZX19, aura tenu bon ! Au cours du voyage, les rayons auront été retendus quelques fois mais nous n’enregistrons aucune casse de rayon. C’est pourtant monnaie courante sur la roue du pino original ! La V2 sera sûrement équipée de jantes big bull, bien plus larges et solides.

21325741369_df13f93670_z

  • Boîtier de pédalier : L’effort sur le pédalier arrière est important ; il encaisse le pédalage des deux cyclistes. Nous avons fait l’erreur de partir avec des roulements d’occasion : arrivé dans les Pyrénées une cage à bille était explosée. Le nouveau boîtier à roulement annulaire n’a pas bougé depuis. Le boîtier avant a également été changé à Rennes par précaution, il prenait du jeu.

Notre transmission de VTT (3 plateaux 22-32-44; 8 vitesses 11-34) a permis de franchir tous les obstacles sans poser pied à terre, c’était donc un bon choix ! Le troisième plateau n’était qu’anecdotique sur le vélo et ne fera certainement pas partie de la V2 ! La transmission, neuve au départ, ressort bien usée : la chaîne dépasse tous les standards d’usure.

21322655318_a1e070e572_m

Nos portes bagages, en acier solide à l’avant, n’ont pas bougé mais serons revu à la baisse pour la suite (plus léger !), notre premier porte bagage arrière déjà longuement éprouvé avant le départ n’aura cependant pas terminé le voyage. Qu’importe, il est aujourd’hui sur un vélo à Bordeaux tandis qu’hésitant pour le tubus cargo, nous avons opté pour un Zéfal plus solide que notre original. Un porte bagage en acier semble tout de même être la référence !

Bien évidement, le problème principal de ce tandem reste son poids : entre 35 et 40kg quand le « vrai » en affiche 25 (aluminium !). Je compte pas me convertir à la soudure alu mais le choix des tubes et surtout la structure du siège et son accroche seront à revoir.

Nous avions initialement prévu de récupérer nos vélos classiques à la Toussaint et de laisser le tandem à des amis, finalement, nous avons gardé notre pino jusqu’au bout ! Ce vélo, on l’aime bien et rouler sur ce que l’on construit, cela n’a pas de prix !

Et oui, si on prend le prix d’un Pino de Hase tout équipé voyage, cela tourne autour des 5200 €, comparé au prix relatif de notre version (environ 150 € neuf pour la roue arrière et transmission, le reste de récupération).

21323021840_bbe5bfe79e_z

Intéressé pour un pino fait maison ? Contactez moi 😉

Posted by novembre 29, 2015 Category: Voyage