Brignac – St Denis

Aucune surprise si vous suivez activement notre voyage et que vous avez déjà vu nos photos : le petit chaton très très mignon est notre nouveau passager. A lui les longues heures de ballade calé dans le panier derrière le siège du tandem, à nous les longues sessions à le regarder jouer de tout et de rien durant nos pauses. Frite, c’est son nom. Frite, c’est notre petit chat.

P1080051

Le voyage change alors radicalement : nous (je?) ne sommes plus sensibles à tous les bruits étranges de notre tandem, nous les oublions même pour nous concentrer sur Frite.

Ayant prévu de rejoindre Roman et quelques amis pour la loire à vélo depuis Angers, nous avons une semaine pour relier Brignac à Angers. Autant dire que nous allons pas nous fouler pendant ce temps là vu la distance à parcourir et le temps dont nous disposons : parfait, nous prenons le temps à trois.

Les routes de campagne de Bretonne se terminent rapidement pour suivre une ancienne voie de chemin de fer réhabilitée en piste cyclable, nous passerons (entre autre) à Chateaubriant qui n’a de brillant que son nom. Il pleut. Il fait froid. La ville est moche. L’ambiance horrible. Un warmshower nous sauve la soirée en nous accueillant : au chaud avec des récits de voyage à écouter.

P1080040

Le voyage continue et nous arrivons au bord de la Mayenne, chaudement recommandée, pour rejoindre Angers. Nous sommes hébergés par un couple très sympa et adepte du voyage. Ils ne sont pas la pour la soirée mais nous laisse volontiers leur cuisine, l’occasion pour nous d’utiliser un four ! Bon, ce n’est que des Lasagnes il est vrai, mais tout de même ! Nous déjeunons le lendemain avec eux en parlant notamment CQP Cycle avant de rejoindre le bivouac ou nous retrouvons Roman et Emilie à 23h.

Commence alors une semaine de vélo à plusieurs ou nos rythmes bien calés sont désordonnés. Dur de vivre et rouler à plusieurs en fait ! Voir un couple sur deux vélos nous fait réaliser que le Pino est tellement bien, on se parle sans problème ! (intéressé pour la v2 ? Contactez moi, devis possible).

DSC00019

Après Saumur, nous visitons Azay-le-rideau, Tours, Chenonceaux (bivouac avec vu sur le château), et Chambord. On quitte la troupe le samedi au matin et nous profitons de la journée ensoleillée pour arriver sur Orléans. Maxime fait exploser le salaire de sa thèse pour nous rejoindre dans sa ville. Nous passerons le week end chez les parents de Maxime avec Max et Emma à visiter Orléans (un peu), faire de la récup poubelle (beaucoup) et manger (quand même).

Le voyage avec chat est presque devenu routine. Quand Frite ne veut pas partir, elle prend place dans les bras d’Eulalie, la première descente ou les premiers coups de vents suffisent généralement à lui donner envie de rejoindre d’elle même son panier tranquille. On peut alors appuyer sur les pédales !

Après Orléans (ou Jeanne d’Arc, dans le passé, bouta les Anglais), nous prenons deux jours pour bouter Paris. Paris, la capitale et l’enfer sur terre. Paris à vélo (et à pied) n’est que bruit assourdissant et trafic autoroutier monstre. Mais avant ça, nous parcourons la Beauce, un no mans land de champ de céréales. Aucune âme qui vive hormis les agriculteurs dans leurs tracteurs, les champs de topinambours et le brouillard impénétrable. Nous sommes humides et froid. Par chance, le ciel se découvre en fin de journée, nous arrivons dans l’Essonne et ses domaines impressionnants (les forêts sont grillagées) ou ses barres d’immeubles. Nous passons la soirée au chaud chez Charles et sa femme, qui prévenus à la dernière minute, se révéleront des hôtes formidables ! En prime, notre itinéraire pour rejoindre Jouy-en-josas est affiné et sera sans accros le lendemain.

DSC00076

Et oui, vous simple lecteur innocent, vous n’êtes pas allés à HEC. Non, mais nous si ! On y a même été en Pino et même dormi sur le campus (chuuut c’est interdit). Rien que ça c’est déjà pas mal, on est allé à HEC. Mais maintenant, pensez-bien que même Frite (notre chat, pour ceux qui sont perdus) a été à HEC. Bah ouais.

Relativisons, cela reste un campus au milieu de nulle part ou la pluie y tombe fréquemment. Qu’importe, nous passons la soirée avec Matthieu et nous écroulons largement sur son lit quand il écroule ses adversaires au fight club (non, ce n’est pas l’inverse).

Mercredi, départ 9h30 pour un passage à Meudon la forêt chez la tante d’Eulalie (pause petit-dej) avec en prime la traversée des périphs, grosse route bien dégueux et centre commercial. Commence alors notre descente sur Paris pour prendre le repas de midi avec Quiterie, soeur d’Eulalie. Canal St Martin et nous voila à St Denis chez une autre tante d’Eulalie. Ouai, (et yen a encore des tantes et frères/soeurs !).

DSC00136

Notre traversée de Paris s’achève sur une note positive quant à notre itinéraire : petites routes, bandes cyclables et pistes cyclables en majorité. Eulalie fut concentrée sur le GPS, moi même sur la direction, le Pino, nos sacoches et Frite sont bien arrivés à destination. Bien sur, nous n’avons pas oublié de gueuler sur les taxis mal garés, les voitures nous grillant le passage et nous y sommes souvent allés au bluff! Bref, on a traversé Paris en tandem.

Ces 4 jours de pause auront été l’occasion de profiter de la famille, de revoir des amis et de visiter le louvre (merci Etienne ;)).

Nous prenons demain la direction du Nord pour toujours plus de vélo. Ah et au fait, on a dépassé les 5000kms !

22618958606_c0e64c59e8_z

Posted by novembre 1, 2015 Category: Voyage

3 comments on Brignac – St Denis:

  1. Pierre novembre 4, 2015 00:11

    ça vaut tous les discours
    la bande, la vallée, votre nouveau compagnon à 4 pâtes et le compteur qui laisse pantois !
    bon voyage, latcho drom

  2. les Challésiens novembre 7, 2015 19:20

    les récits de voyage se font attendre 😉

  3. Fanny Diller novembre 8, 2015 19:52

    J’adore vos récits ! On voyage avec vous !
    Vive Frite !!