Fabriquez votre tandem Pino – Partie 3 : La transmission

Construire soi-même son propre tandem assis-couché ? Pourquoi pas !
Cet article est là pour présenter ma version actuelle du célèbre tandem de Hase : le Pino. C’est un article résolument technique et je compte scinder la construction complète en quelques étapes :

1) Le kit cadre (Cadre & Siège)
2) La direction (Guidon & Bielle)
3) La transmission
4) Accessoires (Porte bagage AV & Béquille)

La transmission : ou comment transmettre notre effort de pédalage, en l’occurrence nos efforts à la roue arrière et donc avancer.

Sur un vélo classique, la question ne se pose pas : le pédalier (manivelle avec les couronnes) est à droite, la chaîne relie les plateaux aux pignons de la roue arrière, le dérailleur tend la chaine et permet le passage des vitesses, et c’est tout.

Sauf qu’en tandem, on est deux, et il faut donc relier les deux pédaliers ensembles et à la roue arrière. Sur les tandems classiques (droits), il y a plusieurs types de transmissions : mixtes, à droite, …
Le plus courant aujourd’hui est la transmission mixte : le pédalier avant est relié au pédalier arrière par une chaine de liaison placée à gauche. La personne à l’arrière a donc un pédalier composé deux de jeux de plateaux. Un plateau unique à gauche pour la liaison et le pédalier classique à droite pour la roue arrière.

TransmisisonMixteTandem

Source : http://tvtt1.free.fr/tvtt/pedalier.htm

Et bien sur le Pino de chez Hase, c’est la même chose. Le pédalier avant entraîne la roue libre Hase (à gauche sur le pédalier arrière), et le côté droit est un triple plateaux classique. L’avantage, ou l’inconvénient de la roue libre en tandem, c’est qu’il permet à la personne avant de ne pas pédaler. Cela peut être utile lors de manœuvre, ou simplement quand le « passager » est fatigué.

Roue Libre haseBikes

Source : http://mmonceaux.free.fr/pino/

A titre personnel, je suis contre cette roue libre car elle est pour moi contraire à l’esprit du tandem, celle d’unir nos forces pour aller plus loin. Avec une roue libre, le risque de l’entendre cliqueter, dans une montée quand on force et pas l’autre, est trop grand. C’est aussi un brevet de chez Hase Bikes et donc c’est une pièce qui n’est pas donnée.

Sur notre première version du Pino, j’avais monté une transmission similaire au Pino de chez Hase, la seule différence étant la roue libre que j’avais remplacée par un plateau simple.

Cela fonctionne mais j’ai décidé de passer sur une transmission toute à droite pour le nouveau. Il y a en effet plusieurs avantage à ça :

  • Gain de poids : Je gagne un pédalier -> quand la chaîne de liaison est à droite, plus besoin d’un plateau du côté gauche, la chaîne arrive directement sur le pédalier de droite.
  • Plus de problème de pédales qui se dévissent : pour pallier au prix du crankset de tandem très élevé (manivelle à droite, plateau à gauche taraudé correctement pour les pédales), j’avais installé des composants standard. Résultat, pour respecter les filetages, la pédale gauche se retrouve à droite et inversement. Naturellement, ça se dé-serre et il faut user du frein filet au risque de détruire les filetages.
    Quand tout est à droite, c’est un problème de plus qui est réglé.
  • Avec une chaîne toute à droite, tous les efforts sont presque dans le même sens pour l’axe de pédalier, il n’est plus tiré à gauche vers l’avant et à droite vers l’arrière. On supprime une contrainte de torsion, et le pédalier apprécie.

Tout ces arguments réunis font qu’une transmission à droite, c’est beaucoup plus simple à gérer. Le premier test a été de prendre un triple plateaux et de faire arriver la chaîne de liaison sur le petit plateau. Moyennant le réglage de la butée inférieure du dérailleur, cela marche parfaitement. Il faut parfois écarter un peu les deux plateaux (le 1 et le 2) pour que les chaines ne se touchent.

Ok, mais quid des montées chargés en voyage ? Ça ne passe plus !
Deux options : changer la cassette et/ou la couronne pour du plus avantageux (nous étions déjà en 32AV – 34 AR) ou prendre des cuisses.


Quadruple plateau Pino

Ni l’un ni l’autre : l’espace entre le cadre et le petit plateau étant suffisant, un quatrième plateau a été ajouté pour faire la liaison des deux pédaliers. Concrètement, sur la fixation du petit plateau, il y a deux petits plateaux qui y sont fixés.
Ils sont de la même taille et sont écartés d’une entretoise empêchant les chaines de se parachuter. Evidemment, les vis classiques sont trop courtes pour cette manipulation et je n’ai pas trouvé à la bonne taille dans le bon filetage. Il se trouve que c’est des vis M8 à pas fin. Des vis en M8 pas métrique montés au frein filet fort et bien serrés ont fait l’affaire. Cela n’a jamais bougé !

Pour réaliser cette astuce, il faut tout de même avoir assez de place entre le plateau et le cadre pour y faire passer un quatrième avec la chaîne. Il peut être nécessaire de changer la longueur d’axe du pédalier également.

Inspiration et tuto détaillé : http://tvtt1.free.fr/tvtt/pedalier.htm

Une autre option sur le Pino V3 : la transmission arrière est moderne en 1×11. La chaîne de liaison arrive donc sur un deuxième plateau rajouté pour l’occasion. Plus simple mais il faut bien trouver ses développements (montée et descente !).

Une fois les plateaux montés, il reste à faire attention à la ligne de chaîne pour la liaison. Une roulette, faite avec une roue de trottinette creusée, peut être nécessaire pour que la chaîne de traction ne vienne pas toucher le siège lors du pédalage.
Cette roulette est solidement fixé dans un U en acier. La chaîne ne doit pas pouvoir sortir de la gorge de la roulette sinon à chaque rétropédalage, c’est le coincement assuré.


Roulette chaine PinoTension de chaine Pino

Enfin, pour tendre la chaîne longue, un dérailleur arrière est soudé via une patte au niveau de la roulette. La chaîne retour y passe et est alors tendue pour éviter tout déraillement. Il faut choisir un dérailleur puissant afin de tendre la chaîne correctement. Le dérailleur peut également absorber la différence de longueur de chaîne selon le réglage du pédalier avant (distance siège – pédalier modifiable).

Dernier choix technique sur la transmission : le ratio des plateaux de liaison. Si les deux pédaliers ont le même nombre de dents, les deux cyclistes vont pédaler avec la même cadence. Si cela ne pose pas de problème sur un tandem classique, c’est un peu différent dans le cadre d’un tandem mixte.
Nous avons choisi de mettre plus de dents au plateau avant (26 contre 22 à l’arrière) car couché, on a souvent plus tendance à forcer avec les jambes. Après, c’est aussi notre manière de pédaler, je préfère mouliner et Eulalie forcer un peu plus.

Voila un aperçu global de la transmission de notre tandem Pino à nous. Prochain point sur les accessoires !


Ligne de chaine Pino

Posted by août 17, 2019 Leave a comment Category: Voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *